Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 11:58

fond-ecran-bougie.jpg

 

 

En bonne fan de parfum, j'ai sans doute déjà évoqué mon obsession de sentir.

 

Je sens tout ce qui me tombe sous la main : parfums, aliments, fleurs. C'est plus fort que moi.

Bien entendu, je déteste du coup les mauvaises odeurs, qui m'incommodent au plus profond de moi.

 

Et ce faisant, j'aime que mon intérieur sente bon.

 

Ainsi, je passe des heures à chercher le parfum d'ambiance, l'encens ou la bougie qui délivrera le message que je veux transmettre.

Il en est de même pour les produits d'entretien : lessive, multiusages, liquide vaisselle.

 

J'évite déjà soigneusement les parfums Made in China, qui doivent être des bombes à COV.

 

Et biensûr, dès que je peux parfumer naturellement avec des plantes, je saute sur l'occasion.

 

Mais j'avoue que je suis admirative de nos PME françaises qui savent si bien nous concocter des parfums pour notre maison, avec un flacon sympathique, un système de diffusion original, bref, qui en font de véritables objets de décoration.

Ce type de produits se multiplie depuis quelques années, permettant à la classe moyenne de mettre au placard les vieilles bombes pour WC à la lavande synthétique.

 

Et vous, utilisez vous des produits pour parfumer votre maison ? Lesquels ?

 

Je serai heureuse d'échanger avec vous sur ce sujet qui en intéressera certainement plus d'une, à une période où la passion des français pour les bougies parfumées grandit sans cesse, malgré les polémiques qui y sont souvent accolées ...

 

 

 

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans parfums - etc.
commenter cet article
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 18:19

thierry-mugler-alien.jpg

 

C'est assez rare en général, mais certains parfums nécessitent un temps pour s'imposer sur le marché.

Heureusement, certains marketeurs leur donnent une deuxième chance et les moyens d'y parvenir.

 

J'avoue qu'à sa sortie en 2005, je ne croyais pas du tout en ce parfum : un nom qui fait plus penser à un film de science fiction, un flacon talisman d'un violet étrange. Une publicité qui faisait peur.

En bref, il n'attirait que mon dédain.

 

Il m'a fallu presque un an pour que j'ose aller le sentir.

 

C'était quelque temps après m'être séparée d'un homme qui a compté pour moi que je sentais le besoin irrépressible de sentir tout et n'importe quoi.

Comme pour oublier son odeur, me rendre ivre de parfums pour moins penser.

 

J'étais rentrée dans une parfumerie Passion Beauté en ville pour y récupérer un échantillon d'Amor pour Homme, et Alien figurait en face de l'entrée en testeur.

Pour la première fois, le violet de son flacon m'a touchée, et c'est ainsi que j'ai fini par le sentir.

Et je ne m'attendais pas du tout à cela.

 

En effet, avec son concept alambiqué, je m'attendais à un OVNI mais pas du tout à un parfum agréable.

Alien m'est soudain apparu comme un parfum d'une personnalité certaine, grâce à l'overdose de cashméran, ce faux bois doux si velouté au nez et encore peu utilisé à ce moment là.

A côté de cela, il me semblait percevoir le néroli et l'orange amère, une sorte de note solaire de monoï ou peut être est ce le jasmin ?, du musc cristallin et de l'ambre clair et liquoreux à la fois.

 

Ultra reconnaissable.

 

Ce jus très original est à la mi chemin entre un floral boisé musc et un oriental boisé. Il est fort et moëlleux à la fois, un peu comme un cocon de soie protecteur.

Je ressens mieux du coup le côté talisman du flacon, tel un pendentif en améthyste qui aide à affronter l'adversité.

 

Ce n'est pas un parfum que je porterai mais j'avoue que ce fut une belle surprise qui m'a un temps, enlevée à mes noires pensées de l'époque où je n'étais plus sûre de mes choix de vie récents.

 

 

Bien que Mugler n'ait pas souhaité changer trop de concept marketing, ils devaient (à raison) croire en ce produit car des efforts promotionnels et publicitaires importants ont été mis en oeuvre récemment (publicité plus accessible, échantillonnage massif des flankers et du classique, PLV ...), afin d'en faire un second classique de la maison.

 

Bien entendu, nous ne sommes pas dans le même cas de figure qu'Angel, porté à tous les coins de rue, mais je pense qu'il a été adopté par des fidèles de plus en plus nombreux. Et finalement, Mugler a bien fait de lui donner un coup de pouce ...

 

 

 

Ou quand un jus de qualité et un peu d'intuition créent les belles émotions de la parfumerie ...

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans critique parfums
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 19:02

 

guerlain-bergdorf-goodman-fragrances-lart-et-la-matiere-iri.jpg

 

 

Je sais, j'ai déserté quelque peu mon blog, mais j'étais sur Paris pour raisons professionnelles, donc il m'était difficile de faire autrement.

 

En outre cela m'a permis de passer au temple du luxe à la française qu'est le Printemps.

 

Après m'être rincé l'oeil, j'ai accédé au corner Guerlain pour y sentir les fragrances de la collection L'art et la matière.

Celui que j'attendais tout particulièrement était Iris Ganache (lancé en 2007), si difficile à trouver en province.

 

Olivier en avait déjà parlé sur son blog et cela m'avait alléchée.

 

Je m'en étais fait une idée mais il fut au delà de mes attentes, la plus pure incarnation de la parfumerie moderne Made in France.

 

Ce bel ambré boisé irisé s'ouvre tout d'abord sur un duo sensuel de bergamote et de notes épicées chaleureuses telles que la cannelle, ma favorite.

 

S'en suit un coeur d'iris poudré et crémeux à souhait, rendu gourmand mais toujours élégant par un accord de chocolat blanc. Fameux !

 

En fond, les bois, l'ambre et la vanille apportent à ce parfum très féminin un caractère rare et fort. Quant au musc, il allège l'ensemble tout en signant ce parfum de femme fatale.

 

En conclusion je suis conquise par ce jus qui, sous ses abords surannés, cache une contemporanéité spontanée.

 

Du grand Guerlain, du caractère, un iris original et facetté, que demander de plus ?

On lui pardonne aisément son prix, un peu plus élevé qu'un Shalimar, mais sincèrement, il le vaut bien.

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans critique parfums
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 19:54

rose.jpg

 

 

Qui mieux qu'une "droguée des parfums" pour vous parler de cette tendance qui a un certain avenir devant elle ?

 

Je ne vois en définitive personne, à part une de mes consoeurs ou un de mes confrères du même type.

 

Donc vous allez me dire : qu'est ce que le mix de parfums ?

Voici quelques éléments de réponse ...

 

Le mix de parfums est une activité consistant à se parfumer via 2 voire 3 fragrances différentes.

 

Cette pratique peut se matérialiser de différentes manières.

 

On remarque bien souvent deux tendances dominantes : l'une passant par le mélange d'eaux de toilette ou de parfum sur base alcoolique, l'autre par le mélange d'une solution alcoolique avec un produit dérivé (lait pour le corps, huiles, gels douche ...).

 

On peut tout autant jouer avec les concentrations en base parfumée : associer une Cologne à une eau de toilette ou de parfum pour lui conférer davantage de légèreté.

 

Le choix des deux parfums à superposer se fait souvent en recherchant une certaine familiarité entre eux.

Les notes s'harmonisent ainsi aisément. 

Cela va permettre de renforcer certaines facettes plutôt qe d'autres, et surtout permettre à celui ou celle qui s'adonne à cette expérience d'obtenir un jus sur mesure.

 

Pour commencer, le parfum complémentaire doit être assez simple pour ne pas trop risquer d'accords fâcheux.

 

Par exemple, j'aime mixer Femme de Rochas avec un soliflore très rosé et fruité.

Cela modernise et rajeunit ce beau chypré sans trop le dénaturer.

 

Sinon, j'apprécie le concept de certaines marques qui en ont fait leur fer de lance, telle Jo Malone.

 

D'autres petites marques (en général made in Sud de la France)  proposant des déclinaisons d'eau de toilette qualitatives à prix défiant toute concurrence permettent aussi cette fantaisie.

Ainsi il m'arrive de porter un beau patchouli ambré avec un jasmin frais et vert d'une marque que j'aime beaucoup (et dont je parlerai peut être plus tard).

 

Parfois, il est intéressant de ne pas superposer ces parfums mais d'inviter ses proches à un jeu de piste : un parfum léger et floral pour les parties visibles du corps, un plus sensuel pour les zones pulsatiles ou celles où l'on souhaite être embrassée.

 

Aussi, j'adore porter une huile parfumée sur le corps mais mettre mon parfum préféré sur mon foulard ou mon pull : mon sillage varie selon mes mouvements, reflétant ma nature complexe, mystérieuse.

 

En bref, je sais que je ne suis pas la seule à pratiquer ce genre de jeu, je vous invite à faire des essais si cela vous tente, mais attention ! ne gâchez pas vos jus en mélangeant directement dans les flacons, testez toujours sur peau, sur touche à parfum ou sur une étoffe.

Car on a beau aimer le parfum, n'est pas parfumeur qui veut !

 

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans parfums - etc.
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 15:56

 

si_lolita_visuel.jpg

 

 

Alors en ce beau dimanche, je vais vous parler d'une fragrance qui n'a guère plus d'un an, mais à laquelle je souhaite longue vie.

 

Il s'agit de Si Lolita de Lolita Lempicka.

 

Oui je sais, vous devez penser : encore Lolita Lempicka ?! Mais oui, que voulez vous je suis sensible à leurs parfums que je juge très différents de la concurrence et créativement très aboutis au niveau du concept marketing.

Et non, celui ci n'est pas un gourmand sirupeux, mais un floral léger et joyeux.

 

Le travail du flacon et de l'étui est encore une fois très beau : trèfle porte bonheur, dorure, couleurs et motifs bien choisis jusqu'au foulard de mousseline qui orne le col de la bouteille.

 

J'ai testé le jus presque par hasard, en passant en coup de vent dans une parfumerie d'un centre commercial que je fréquente assez peu en temps normal.

 

Et j'ai ressenti une impression de fraîcheur printanière très agréable.

 

En effet, le parfum s'ouvre sur une envolée de notes zestées de mandarine et de sensuelle bergamote.

 

Une note épicée captivante s'est alors emparée de mon odorat et j'ai fini par mettre un nom dessus à force de recherches dans les méandres de ma mémoire, le nez collé sur la touche à parfum, entre deux magasins de vêtements.

Il s'agit des baies roses, ce faux poivre à l'odeur fruitée et anisée.

Très bien vu !

 

En notes de coeur, le bouquet floral est tout aussi atypique : la giroflée est ici célébrée avec le pois de senteur, conférant à l'ensemble un accord floral doux et musqué mais rendu sensuel par l'héliotrope.

 

Les notes de fond lui donnent tenue et matière avec des notes suaves de bois, de résines et de baumes (tonka, patchouli, ambre, élémi).

 

Verdict : j'adhère à cette eau de toilette !

 

J'ai pu l'acquérir par la suite, ravie de constater un peu de nouveauté sur ce marché saturé. Et puis les floraux épicés frais et musqués sont si rares !

 

Si vous ne le connaissez pas encore, je vous invite à le découvrir sans hésiter, jeunes et moins jeunes, c'est un jus caméléon qui s'adaptera aisément à celle qui l'adoptera ...

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans critique parfums
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 19:51

stella-two-peony-perfume-stella-mccartney-eau-toilette-spra.jpg 

S'il est un parfum qui fut inconnu à mon nez pendant des années, c'est bien Stella in Two Peony.

Je dois avouer que je connaissais Stella Mac Cartney, la talentueuse fille de Paul, mais ses parfums n'étaient pas encore venus à ma rencontre.

 

Jusqu'à ce qu'une collègue fasse du vide chez elle et me confie ses échantillons de parfum non utilisés (eh oui, ma réputation de nez ambulant est réelle).

Parmi ces derniers, pas mal de blockbusters du parfum tels que le n°5 et Allure de Chanel, ou encore les Poison de Dior.

Beaucoup me tentaient mais soudain, un échantillon assez sobre me marqua, de par sa couleur rose tendre.

C'était Lui.

 

Je l'ai porté deux jours de suite et mon impression n'a fait que se confirmer : ce parfum était fait pour moi.

 

Il me rappelait mon Narciso dans la mesure où c'est le genre de parfum floral qui révèle une sensualité débordante sur peau.

 

Sa pièce maîtresse : ma pivoine bien aimée, ici d'une limpidité troublante.

 

La rose, féminine en diable, vient compléter le tableau floral, rafraîchie par les aldéhydes et arrondie le musc blanc.

 

Une note épicée (poivre ou baies roses) donne du caractère à ce jus jusque là très angélique.

 

Puis viennent les notes de fond, emplies d'ambre sensuelle et de bois vibrants (patchouli et cèdre).

 

Pour aller plus loin dans l'érotisme, j'appris ensuite que Stella Mc Cartney avait lancé avec cette eau, une concrète très ambrée. Dommage que la gamme soit à présent quasi introuvable, en tant que fanatique des mixes de parfum, j'aurais aimé sentir cet effet.

 

En résumé c'est un parfum clair, féminin et séducteur qui, une fois de plus, n'a malheureusement pas rencontré son public, en tout cas sur le territoire français ...

 

Si vous avez l'occasion de le trouver, ne serait ce qu'en duty free, sautez sur l'occasion de le découvrir. 

 

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans critique parfums
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 17:53

black-xs.jpg

  

 

A la demande d'une de mes lectrices (elle se reconnaitra), j'aborde aujourd'hui ma vision de Black XS de Paco Rabanne.

 

Avant d'entrer dans le vif du sujet, juste un petit historique de ma relation avec la marque ...

 

J'ai découvert Paco (eh oui, c'est un intime lol) quand ma soeur était adolescente et que tout le monde jurait par l'original XS au flacon façon Zippo.

 

Puis sans vraiment adhérer à la marque, je la suivais de loin.

 

Le duo Ultraviolet m'a beaucoup interpelée mais c'est en 2008 que j'ai approfondi ma connaissance de la marque.

En effet, l'entreprise au sein de laquelle je travaillais possédait les derniers lancements à succès des concurrents.

Et j'avais donc le bonheur de me rendre régulièrement dans la pièce où ils étaient entreposés.

Ce qui en revanche me retenait pour quelques minutes supplémentaires car je m'arrêtais souvent pour découvrir ou redécouvrir des fragrances. C'était ma "pause café clope" à moi.

 

C'est ainsi que j'ai mieux apprécié Black XS pour elle (et découvert l'éphémère duo Ultrared, très sympa dans son genre fruits rouges en overdose). Black XS me plaisait déjà de par le flacon, mélange de romantisme et de rébellion, de grenadine et d'absinthe.

 

La pyramide olfactive qui était annoncée au lancement du parfum en 2007 est un peu curieuse, mais très bien étudiée d'un point de vue marketing.

 

Me concernant, voici ce que j'ai pu sentir :

- Des notes de tête un peu acidulées (airelles et tamarinier sont évoquées par la marque) prennent le nez d'assaut avec une pointe de mutinerie (conférée par les baies roses).

- Rapidement, ce sont les fleurs qui s'introduisent pour féminiser la composition (rose hellébore, violette noire), mais ces dernières sont "salies", rendues mystérieuses par la facette cacao et boisée amenée entre autres, par le patchouli et la vanille.

- Egalement, des notes musquées renforcent la tenue et allègent un peu le jus.

 

Ainsi, Black XS est un floral fruité mais qui possède un caractère bien trempé. Sa tenue sur mouillette comme sur peau est tout à fait acceptable. Il possède un sillage agréable, assez gourmand. Ses notes lactées sont agréables et un rien régressives et donc, addictives.

 

Aussi, le concept marketing est bien abordé, cohérent avec l'image de la marque, le flacon distinctif, le jus un rien torturé.

 

Bien que ce soit un parfum porté par de nombreuses jeunes femmes et donc un rien banalisé, je pense qu'il vaut le détour. 

A tester ...

 

 

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans critique parfums
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 19:49

apparition-ungaro.jpg

  

Ungaro est l'un de ces couturiers dont les parfums n'ont pas forcément marqué les esprits, à part peut être Divas.

Et j'avoue que je ne m'y étais pas trop intéressé jusqu'à peu.

 

Puis quand je travaillais au sein d'un grand groupe de parfum, en faisant un peu de veille, j'ai vu qu'Ungaro se modernisait et profitait de la tendance des duos de parfums de type IL et ELLE.

C'est ainsi qu'ils ont lancé U, parfum que j'ai trouvé assez sympathique et que j'ai acheté comme parfum alternatif.

 

Apparition s'est révélé plus tard, quand j'ai commencé à gagner ma vie correctement et donc à me permettre de m'adonner plus aisément à ma passion pour les fragrances.

 

C'est ainsi que j'ai commandé par Internet Apparition d'Ungaro, me fiant au texte marketing (honte à moi) et au flacon original qui m'attirait de par sa transparence et son effet caléïdoscope.

Et puis, quand j'ai su qu'il était signé Francis Kurkdjian et Françoise Caron, je me suis dit que ce ne pouvait pas être une totale faute de goût.

 

Le jour de la réception, je trépignais comme une petite fille, et chose que je m'interdis en temps normal, je me suis parfumée "pour rien", juste pour le découvrir.

 

Alors que l'urban spray m'avait posé quelques soucis (eh oui, bien qu'esthétique, je lui préfère à l'utilisation les bonnes vieilles pompes), ma première impression olfactive n'a pas forcément été transcendante. Je lui trouvais juste une similitude avec Nirmala de Molinard, que je portais déjà.

 

Mais le lendemain, j'ai persisté et signé : c'était en fin d'été ou début d'automne, et la journée commençait bien, en toute légèreté : Apparition était comme un rayon de soleil avant l'hiver.  

 

Je compris rapidement d'où venait la comparaison avec Nirmala : Apparition est, dans ses notes de tête et de coeur, d'un exotisme ravissant. En effet, les fruits ont la part belle dans ce jus (la Framboise, liquoreuse à souhait et les fruits du soleil dont le fruit de la passion qui est revendiqué). 

 

Mais je vous rassure, l'effet fruité n'est pas écoeurant car rapidement atténués et façonnés grâce aux notes fleuries (rose digne d'un loukoum) mais aussi poivrées douces qui persistent bien sur la peau.

Et il me semble sentir un brin de musc, pour un résultat naturel et raffiné à la fois.

 

Enfin, les notes de fond, tout aussi chaleureuses (héliotrope et patchouli), amènent vers une facette plus orientale, et lui confèrent une tenue tout à fait correcte.

 

Ainsi si Apparition ne révolutionne pas la parfumerie, il s'avère être un floral fruité totalement honorable et bien plus qualitatif que d'autres fragrances contemporaines ayant pourtant rencontré un succès plus clinquant.

 

Aussi, même s'il semble composé d'une dizaine de notes maximum, il n'en est pas moins de bonne facture.

 

Apparition d'Ungaro, c'est définitivement le reflet d'une femme jeune, haute en couleurs et mutine qui aime plaire et rêver à des horizons lointains ... C'est un peu moi ! ;-)

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans critique parfums
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 19:22

champagne-jpg.jpg

 

 

Eh oui, vous le savez aussi bien que moi car vous êtes certainement en pleins préparatifs, demain, c'est la St Sylvestre.

Donc, à la fin de cette journée effrénée, nous changerons d'année : adieu triste 2010, souhaitons la bienvenue à 2011 !

 

Bref, qui dit nouvelle année, dit bonnes résolutions.

Quelles pourraient être les nouvelles résolutions des marques de parfums ?

 

Quelques suggestions :

  • Arrêter la frénésie de lancements et privilégier la qualité à la quantité
  • Garder leur identité propre et leurs valeurs au lieu de copier le voisin
  • Eviter autant que faire se peut de céder aux sirènes des grands groupes et autres financiers car si la rentabilité est cruciale, la créativité olfactive l'est tout autant
  • Ne pas prendre les études de marché pour des vérités absolues
  • Mieux comprendre les consommateurs notamment pour saisir les disparités selon les zones géographiques
  • Accepter que certaines fragrances vivent tranquillement avec leurs fidèles acheteurs et qu'elles ont une importance dans la gamme de produits
  • Prendre soin des "piliers" de marques, ces parfums emblématiques qui ont souvent fait la renommée de la maison
  • Aller au bout des concepts, y croire, c'est souvent payant
  • Préserver la parfumerie française comme une industrie de luxe et de qualité

Je n'estime pas avoir la science infuse mais en tout cas, voilà mon interprêtation du marché.

 

En termes de tendances olfactives, il est assez difficile de savoir ce qu'il se trame mais à mon sens, quelques tendances se préparent :

  • Le retour du mimosa en note principale des jus
  • Le développement des fragrances vertes
  • La vanille regagne ses lettres de noblesse
  • Le poudré revient modernisé
  • Les fleurs blanches sont remises à l'honneur
  • Les senteurs marines connaissent un renouveau
  • En parfumerie masculine, de nouvelles fougères voient le jour

Et vous, qu'en pensez vous ? Quels seront les créneaux sur lesquels parier ?

Quelle matière première ou famille olfactive aimeriez vous voir revisitée en 2011 ?

 

A vous !!!

Et passez un bon réveillon, parfumé à souhait, qu'il soit intimiste ou festif !

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans parfums - etc.
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 19:17

amor-amor-4134-2.jpg 

 

Eh oui, je vais encore vous parler de Cacharel, car bien que leurs derniers lancements soient plus éloignés de mes goûts actuels, j’avoue que leur style a bien souvent su me toucher.

Et s’il est une fragrance de Cacharel qui me corresponde vraiment, c’est Amor Amor, lancé en 2003.

Je me rappelle que, en ce temps, n’allant que rarement en parfumerie, c’était ma sœur qui me rapportait les précieuses touches à parfum imprégnées des nouveautés du moment.

C’est par son biais que j’ai découvert le regretté Emporio Night d’Armani, mais surtout le fameux Amor Amor. Et ce fut le coup de foudre !

Plus tard je découvris et craquai pour son très joli flacon, tout de rouge (une de mes couleurs favorites) et argent vêtu.

Mais étant assez mesurée comme fille, j’ai attendu de le porter sur ma peau pour vraiment être sûre que c’était Lui.

Et je l’ai mis une fois … et ce fut magique. Ce jus était totalement en accord avec ce que j’étais en ce temps là , avec ma jeunesse, mais aussi avec la prise de conscience de mon pouvoir de séduction et surtout, avec mon caractère passionné et entier.

Le parfum, pétillant et optimiste, s’ouvre sur une envolée de notes vives d’agrumes allégeant idéalement les notes de fruits rouges. Puis, comme une parenthèse enchantée, les notes fleuries de rose et de jasmin se mêlent avec une féminité un brin mutine. Et cet élixir liquoreux à souhait se parfait grâce à la sensualité assumée de la vanille et des bois.

Mon seul regret, c’est que ce parfum, victime de son succès, ait plu au plus grand nombre, le réduisant à un parfum facile et de masse, que l’on sent de partout. Bref un parfum sans grande originalité. Et pourtant, c’est un floral fruité souvent imité mais rarement égalé.

Et si cette constatation m’a empêché, pendant un temps, d’acheter ce produit et de porter ce parfum, j’ai fini par craquer un jour, en suivant une amie dans une parfumerie. Cette dernière était en plein achat de Noël et la caissière lui donna un échantillon d’Amor Amor. Portant ce parfum, elle s’apprêtait à le jeter quand je le lui demandais, pour essayer.

Et dans le même temps, je venais de commencer une relation amoureuse d’une intensité rare, qui entrait en totale résonnance avec ce parfum. Un jour, mon petit ami vint me chercher après mes cours, et par coquetterie, j’étais retournée en parfumerie quelques minutes avant pour raviver ma fragrance du matin, en l’occurrence Amor Amor. Il m’embrassa une fois montée dans sa voiture, et me complimenta sur mon parfum, me demandant au passage quel était son nom.

Et si un jour de St Valentin, il m’offrit le promis, il s’empressa d’ajouter que certes, il lui semblait le sentir dans la rue, sur d’autres jeunes femmes, mais que j’étais la seule à le porter aussi bien. Et ce fut une révélation pour moi : le parfum est une alchimie secrète entre une fragrance, la peau qui la porte, et le nez qui le respire …

Ainsi même si depuis ma séparation d’avec cet homme, j’ai cessé de porter ce parfum au quotidien (pour guérir de cette relation passionnelle), il reste l’un de mes préférés, et je n’ai aucune peine, aucun scrupule à le porter les jours où j’ai besoin d’être bien dans ma peau, car il m’a maintes et maintes fois réussi (personnellement comme professionnellement). Avec lui, je suis sûre de moi et de mon sex appeal.

C’est donc naturellement que je l’ai porté pour mes diverses soutenances et autres entretiens, lors de rendez vous amoureux ou dans l’espoir de créer des opportunités, le jour de l’achat de ma première voiture.

Amor Amor est un parfum qui, sans apporter une grande nouveauté sur le marché, a su s’imposer dans le classement des parfums les plus portés. Bien qu’il s’adresse à une cible jeune et donc volage, il a son public de fidèles et restera encore pour quelques décennies sur le devant de la scène.

Quant à moi, à chaque fois que je pulvérise ce jus sur ma peau, je me sens comme enveloppée d’un doux zéphyr qui me chuchote à mi mot « Amor, Amor », comme une danse à deux, un doux boléro …

Repost 0
Published by papillondessenteurs.over-blog.com - dans critique parfums
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Papillon des Senteurs
  • Le blog de Papillon des Senteurs
  • : Depuis toute petite, je papillonne, je vais de fleur en fleur et de fragrance en fragrance. Le sens olfactif me fascine simplement. Je souhaite vous faire partager mes coups de coeur, mes déceptions, mes senteurs préférées dans cet espace d'échange magique qu'est Internet. Ici, on parle donc principalement parfum, mais pas que !
  • Contact

Papillon des senteurs dans le monde entier !

free counters

Recherche

Papillon sur Hellocoton !

Papillon sur Paperblog

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Vous aimez mon site ?

super fleurRépertoires Blog beauté